Une visite chez le dentiste rime pour certains avec extraction dentaire. Cependant, les spécialistes en dentisterie peuvent octroyer bien d’autres soins, qui évitent justement l’extraction.

L’endodontie, c’est quoi au juste ?

L’endodontie ou traitement canalaire est un traitement couramment pratiqué par les dentistes. Il s’agit d’une dévitalisation de la dent. Ce type de soin dentaire est à préconiser quand une infection non soignée arrive dans les canaux. Pour ce faire, le spécialiste nettoie la pulpe et la désinfecte. Pour y arriver, diverses étapes sont nécessaires. Tout d’abord, le chirurgien-dentiste élimine les tissus vivants qui se trouvent encore à proximité de la zone de traitement. Pour cela, il use de limes manuelles et rotatives. Ensuite, il injecte de la chlorhexidine (une eau de javel diluée) et procède à l’obturation du canal à l’aide de languettes de caoutchouc chauffées. Ce traitement se déroule sous anesthésie locale et sa durée dépend du nombre de canaux à dévitaliser. Il faut savoir qu’une incisive en contient un, une prémolaire deux et une molaire, trois.

L’extraction, le soin ultime

Un chirurgien-dentiste consciencieux ne passe à l’extraction dentaire qu’en dernier recours. En effet, ce soin ultime signifie la perte définitive de la dent. Une absence qui ne peut se combler que par la pose d’implants, de bridges ou d’appareils dentaires amovibles. Quand la partie coronaire de la dent à enlever est accessible, on parle d’une extraction simple. En effet, le spécialiste n’a qu’à dégager la dent à l’aide d’un élévateur et d’un syndesmotome pour ensuite le prendre avec un clavier. Dans certains cas, le dentiste doit réaliser une extraction chirurgicale qui nécessite un fraisage du tissu osseux et un coupage de la dent suivie d’une suture. Après l’extraction, la suite du soin est simple. Sauf en cas de complication majeure, le praticien pose un carré hémostatique dans la cavité pour stopper le saignement et prescrit au patient des antidouleurs. Si le malade est cardiaque, une mise sous antibiotique est indispensable avant chaque extraction. Les anesthésies utilisées pour ce soin dentaire spécifique sont les mêmes que pour les autres soins. Il s’agit de l’anesthésie locale qui endort une zone de 1 à 3 dents. L’anesthésie locorégionale qui est active sur une plus large surface de l’arcade maxillaire et enfin, l’anesthésie de contact, un gel qui insensibilise la gencive et la joue avant la piqûre.

Détartrage et soins parodontaux

Le détartrage est le soin dentaire le plus connu. Il vise à éliminer le tartre, cette plaque minéralisée qui se dépose à la surface dentaire, et même sous la dent. Si ces plaques ne sont pas enlevées à temps, elles peuvent provoquer des gingivites, une inflammation de la gencive. Une maladie de la gencive n’est pas à prendre à la légère puisque si elle s’aggrave, la gencive n’arrive plus à assurer son rôle de soutènement, qui engendre par la suite le déchaussement de la dent. Les soins dentaires parodontaux visent avant tout à désinfecter la bouche dans le but d’éliminer les bactéries dentaires qui s’accumulent à l’intérieur de la cavité buccale. Ces soins se déroulent en deux étapes. La première, le curetage, se déroule en cabinet, la seconde, aussi importante que le précédent se fait à domicile. Le patient est tenu de poursuivre les soins désinfectants chez lui à l’aide du bicarbonate de soude et de l’eau oxygénée. Ces types de soins dentaires, encore méconnus, sont pourtant indispensables pour assainir la bouche et surtout, préparer le terrain pour la pose d’appareils dentaires ou encore d’implants. En effet, si les gencives présentent une quelconque infection, il devient impossible de songer à poser des implants dentaires ou d’autres types de prothèses, même amovibles.

Visitez http://www.souriredereve.com/ pour tout savoir sur les implants dentaires.