Travail à domicile

travail à domicile

Mais qui peut encore s’interroger sur l’utilité, l’indispensabilité du travail à domicile ?? Alors que le rationalisme et l’efficacité ont une forte tendance à gouverner la plupart des systèmes humains, l’organisation du travail semble avoir encore des difficultés à comprendre ces concepts.

L’organisation du travail à domicile peut se révéler tout à fait avantageux pour toutes les parties impliquées dans une relation de travail : l’employeur et l’employé. Mais il faut prendre garde aux offres de travail à domicile trop alléchantes.

Travail à domicile, les critères favorables à l’employeur

L’employeur a tout à gagner d’une relation de travail à domicile. C’est même, dans le cadre de la relation employé-employeur celui qui a le plus gagner. Tout d’abord, l’employeur ayant recours à une main d’œuvre qui ne quitte pas son domicile peut tirer profit d’un très grand nombre d’avantages, avant même d’envisager la relation contractuelle et salariale avec lui. D’une part, et cela semble évident, l’employeur utilisant une main d’œuvre travaillant depuis leur domicile n’a pas à les héberger. Cela implique plusieurs très gros avantages. Le premier est l’économie du temps que représente la démarche de trouver un espace pour l’hébergement dudit salarié. Avez-vous tant que ça envie de passer vos journées avec un agent immobilier à la recherche d’un local ? N’avez-vous pas autre chose de plus important à faire? D’autre part le prix de la location !!! Alors que les tarifs de locaux commerciaux ou de bureau, que ce soit à la vente comme à la location, flambent littéralement, le fait de ne pas avoir à héberger quiconque est une économie considérable. En effet, les prix de l’immobilier au pied carré sont véritablement affolants. Imaginez que pour pouvoir employer un salarié, il faut compter un minimum de 100pi2 par salarié, hormis les espaces de repos, et d’aisance.

Avant même de payer un salaire il vous faut débourser près de $200 par mois pour le loyer du bureau qui servira à héberger votre employé. D’autant plus que les 100pi2 en question sont un minimum réglementaire et que vous si désirez offrir à votre salarié un espace de travail confortable il faudra augmenter le métrage et donc l’addition.

Considérez alors, qu’une fois la recherche du local terminé et le bail signé, commence alors les vrais petits plaisir du quotidien d’un employeur de main d’œuvre ayant fait le choix d’héberger lui-même son employé plutôt que d’avoir recours à du travail à domicile.

Voici la cerise sur le gâteau. Vous lâchez au moins 200$ par mois sur le loyer, maintenant il va falloir laisser le portefeuille ouvert à la discrétion :

  • Du service des eaux qui viendra installer le compteur sur ce lieu de travail (il faut bien alimenter en eau les lieux d’aisance).
  • Du service d’électricité local (les règles de sécurité vous empêchent désormais de fournir un éclairage au pétrole sauf dans de rare occasion et certainement pas pour un éclairage permanent).
  • Du service d’hygiène et sécurité qui viendra vérifier que vos locaux offre une assez grand sécurité à vos employés et qu’ils sont dotés du nombre d’extincteurs suffisants.
  • Du service fiscal de la ville qui perçoit une taxe sur votre occupation de ces locaux commerciaux.
  • Du service de nettoyage, car à moins que vous ne décidiez de nettoyer vous-même ces locaux, il faudra bien que quelqu’un le fasse si vous ne voulez pas que le service d’hygiène et sécurité (celui qui est cité juste au-dessus) ne revienne vous en donner l’ordre.
  • De la compagnie d’assurance, car vous ne voulez pas connaître l’enfer de recourir à une main d’œuvre qui travail sans assurance, dans des locaux non assurés.

Si vous vous posez encore des questions sur l’opportunité du recours à du travail à domicile. Cliquez ici pour en savoir plus sur le travail à domicile: http://www.travailadomicilepayant.com/