Cigarette électronique et santé

Cigarette électronique

La cigarette électronique, ou e-cigarette est considérée comme une aide, une alternative, pour qui souhaite arrêter progressivement de fumer.

Avec l’e-cigarette, le fumeur garde le geste de la cigarette traditionnelle qu’il porte à ses lèvres, un geste devenu réflexe pour lui, un geste nécessaire, voire indispensable, à sa vie quotidienne. Le tabagisme étant l’addition de ce geste et de la nicotine dont le corps du fumeur réclame une dose continue, la personne qui souhaite mettre fin à son addiction au tabac peut le faire, sans s’en rendre compte, en deux temps, grâce à la cigarette électronique.

  1. La première étape, et cependant la plus difficile, consiste à désintoxiquer son organisme de son besoin de nicotine, c’est réellement l’équivalent d’un sevrage au sens où on l’entendrait pour un drogué. C’est aussi, pour le fumeur, le point le plus important pour sa santé. C’est celui qui lui apporte des résultats rapidement visibles et agréables, comme avoir plus de souffle pour marcher, monter des escaliers, etc. et retrouver plus de goût en bouche pour les aliments. De telles améliorations soutiennent mentalement le fumeur et l’engagent à poursuivre dans la voie de l’arrêt total. Les e-liquides qui servent à produire la vapeur peuvent contenir de la nicotine en faible quantité afin de parvenir à un sevrage progressif.
  2. Puis l’utilisateur d’e-cigarette passe à l’arôme « tabac », blond ou brun d’ailleurs selon ses anciennes habitudes et ses goûts, sans nicotine, et enfin à celui de fruits par exemple, ou au liquide neutre, sans aucun parfum. Une fois le corps libéré de son besoin de dose quotidienne de nicotine, il ne restera qu’à espacer l’utilisation de la cigarette électronique pour perdre, dans un second temps, l’habitude du geste.

L’e-cigarette est un donc considéré comme un excellent substitut pour les fumeurs qui désirent mettre fin à leur addiction. Son apparition et son utilisation de masse, sur le marché de la consommation, sont malgré tout assez récentes.

Les scientifiques manquent donc de recul pour mener des études et affirmer une palette de résultats incontestables relatifs à son utilisation. À ce jour, il ressort de toutes les investigations conduites, tant dans les domaines de la santé publique que par les instituts de consommateurs, que l’e-cigarette est moins nocive à la santé que le tabac et ce, notablement et incontestablement.

Cependant, selon la composition du e-liquide utilisé, les produits chimiques nocifs pour la santé humaine, voire cancérigènes comme le formaldéhyde ou l’acétaldéhyde 22, par exemple, même s’ils sont en quantité très limitée, sont parfois présents et inquiètent les autorités sanitaires.

D’après les experts pharmaceutiques, les e-liquides seraient plus ou moins équivalents, en terme de toxicité, aux autres substituts tels les gommes à mâcher, les inhalateurs ou encore les patchs ou timbres à coller sur la peau. De plus, c’est aussi l’emploi du propylène glycol, utilisé comme solvant dans les e-liquides, qui génère des craintes sur d’éventuels effets secondaires indésirables et qu’il est pour l’instant impossible de cerner et de chiffrer en raison du manque de recul par rapport à la mise sur le marché de la cigarette électronique.

En conclusion on peut dire que la cigarette électronique est reconnue comme un substitut à la cigarette classique et que son atout majeur pour le fumeur qui veut stopper son addiction est, comme expliqué plus haut, l’aide en deux temps qu’elle apporte. Il reste évident que seule la volonté de la personne peut conduire à un arrêt total dont la e-cigarette n’est qu’un facilitateur. Ainsi, en utilisation limitée dans le temps elle ne laisse apparaître que des bénéfices pour son utilisateur.