Jouer à la roulette : théorème de La Hire

Rendu public en 1706 grâce au traité des roulettes, le Théorème de la Hire dévoile une proposition mathématique qui décrit le phénomène physique impliqué dans la mobilité de la bille. Cependant, le Traité de la Hire qui était connu bien avant les travaux de La Hire lui-même, eut aussi pour conséquence de remettre en question la plénitude du jeu. En prenant appui sur une logique mathématique (tout point immobile d’un cercle A de rayon R décrirait un cercle A′ de rayon 2R), le Théorème de la Hire explique également l’existence d’une ellipse, représentée par un point et étant associée à A. Ce théorème est apparu sous plusieurs autres noms tout au long de l’histoire : Cardan, Copernic et al-Tusi ont tous revendiqué cette découverte. Réalistement, le Théorème de La Hire a été proposé aux parieurs de casino dans le sens où il démontre que la mobilité de la bille est clairement influencée par le lancer du croupier, selon les conditions fondamentales de géométrie et de trigonométrie.

Les atouts et inconvénients de cette méthode

La règle du Théorème de La Hire est simple : tout comme les planètes qui exécutent un mouvement elliptique, l’impulsion de la bille utilisée à la roulette est soumise à des calculs élémentaires et aux lois de la physique. Il ne faut pas perdre de vue que les propriétés géométriques décrites par La Hire et ses autres prédécesseurs sont utilisées dans bien d’autres domaines. Malheureusement, on voit mal comment le parieur pourrait transformer un tel mouvement circulaire en simple mouvement rectiligne, d’autant plus que seul le croupier peut palper la bille !

On s’attardera donc de dire que le Théorème de La Hire est bien pour votre culture générale. Par ailleurs, il vous aidera aussi à mieux comprendre les rouages du jeu et surtout la nature de la trajectoire  effectuée par la bille. Au regard de la complexité du théorème, il est certain qu’on ne peut croire qu’en l’intégrité de la roulette même si les calculs mathématiques démontrent qu’un mouvement rectiligne est susceptible d’engendrer un tirage tout autre que celui favorisé par une course totalement rectiligne.

Le Théorème de La Hire en quelques mots

  • Le Théorème de La Hire met en avant l’interprétation du mathématicien portant le même nom par rapport au principe de mouvement circulaire et rectiligne des masses rondes.
  • Le Théorème de La Hire permet d’évaluer le mouvement effectué par la bille à la roulette.
  • Le Théorème de la Hire n’est pas une solution pour le parieur, qui ne peut pas influencer la mobilité de la bille.
  • Le théorème de La Hire peut être divisé en 02 propositions :
    1- Tout point fixe d’un cercle A de rayon r se mouvant sans encombre intérieurement sur un cercle A′ de rayon 2r matérialise un diamètre de A′,
    2- Dans les conditions similaires tout point associé au cercle mobile A matérialise une ellipse. L’ellipse décrite par un point associé à A est un cas très spécifique d’hypotrochoïde.

 Pour des méthodes efficaces pour gagner à la roulette.

Comment poser un climatiseur?

Depuis que le métier existe, plusieurs défaillances ont été constatées sur des climatiseurs posés par des personnes non-qualifiées qui n’étaient pas de la profession et qui oubliaient de respecter plusieurs règles importantes. Une des règles les plus essentielles consiste à tirer au vide le circuit frigorifique, une fois les raccords établis.

Pour les profanes, le tirage au vide n’est utile qu’à extraire l’air de l’ensemble du circuit frigo et aussi à en extraire l’humidité : phénomène inquiétant pouvant créer des acides et à terme altérer le compresseur par exemple. Par ailleurs, la liste peut s’allonger : des dimensions de cuivre non-respectées, des liaisons dans le mur (trou à droite), des partitions de câblage pour l’alimentation en 1.4² au lieu de 2.4², des groupes extérieurs posées à-même le sol : 02 unités intérieures servant de connexion sur un monosplit… À citer également, des grandes boucles de cuivres enroulées juste derrière le condenseur question de bien piéger l’huile, et de bien faire monter le groupe en haute-pression avec toutes les conséquences que cela pourrait engendrer, du tube cannelé non-isolé (importante condensation en été), les unités intérieures mal fixées, les liaisons non-isolés… ou encore mettre de l’huile sur les collerettes, mais pas de pâte bleue sur les écrous des vannes de service.

Qui peut poser mon climatiseur ?

Les électriciens, chauffagistes, plombiers, sont habilités à installer votre climatiseur comme il se doit.
Néanmoins, la profession de frigoriste ou climaticien devient un métier en soi : il vaut mieux donc faire appel à un frigoriste spécialiste !

Pour vous assurer de la compétence et de l’expérience de votre installateur de climatisation, vérifiez qu’il dispose de qualifications contrôlées telles que :

  • Qualifélec TH1, TH2 et TH3 : qui permet de certifier la qualité de l’étude et de la réalisation d’installations personnelles de chauffage et de climatisation.
  • Qualibat 5 412, 5 413, 5 414, 5 421, 5 422, 5 522, 5 523 : qui permet de certifier la qualité des installations thermiques comme les pompes à chaleur.
  • Qualiclimat : qui est une appellation pour les PME (petites et moyennes entreprises) installant des climatisations.

Quelles questions poser à votre installateur ?

Voici quelques éléments à vérifier et des questions à poser auprès de votre installateur de climatisation :

– Vérifiez la qualité du bilan thermique effectué.
– Prévoir le percement des finitions de peinture et des parois.
– Vérifier que l’alimentation électrique est directement reliée sur le coffret électrique de l’habitation.
– Vérifier l’évacuation des eaux usées des unités extérieures d’une climatisation split.
– Comment cacher les câbles et conduites ?
– Vérifiez que l’installation soit éloignée des sources de chaleur pour assurer son bon fonctionnement.
– Assurez-vous que la climatisation ne souffle pas directement sur les personnes : en face d’un fauteuil.
– Assurez-vous que l’installation soit dans un espace assez dégagé pour ne pas gêner la circulation de l’air.

Enfin, n’hésitez pas à faire établir deux ou trois devis pour comparer les prestations de différents installateurs de climatisation. Pour un professionnel de la climatisation: http://www.climatisationchauffage.ca/climatisation-p1418.html

L’enfant dyslexique en garderie


Diagnostic

Ce dernier est basé sur l’observation. L’enfant est plus lent dans ses demandes et souvent évite les confrontations qui demandent une compréhension rapide. Déjà la garderie est un endroit qui peut aider au développement intellectuel de l’enfant. La dyslexie découle d’un trouble particulier du langage qui se caractérise par une difficulté à exprimer ses besoins et plus tard par des problèmes d’apprentissage à la lecture, à l’écriture et d’épellation.

Le dépistage préventif apporte un soutien, influence son comportement et diminue les conséquences futures de sa formation scolaire.

En garderie, il est possible d’améliorer le langage par des casses têtes simples, des scrabbles de couleurs ou des jeux qui demandent une plus grande concentration, ainsi l’enfant prend de la sécurité avec lui-même. Le décodage de différentes difficultés suscite un apprentissage plus précis qui apportera une démarche plus encourageante lors de son entrée en milieu scolaire.

Pistes à suivre

Les pistes à suivre sont multiples et elles impliquent une aide et une observation précises. La lecture n’est pas encore au programme pour le jeune enfant, par contre développer le langage par des jeux et des sons permet de lui transmettre une meilleure audition. La collaboration des intervenants en garderie permet de transformer l’hésitation du langage en un défi de persévérance et d’observation.

Par exemple :

  1. Comprendre ce qu’il demande et les consignes de la garderie.
  2. Exprimer ses besoins d’une façon claire et précise.
  3. Distinguer sa droite et sa gauche.
  4. Utiliser des petits objets et demander à l’enfant de les placer selon un ordre précis.
  5. Demander à l’enfant de compléter un dessin.
  6. Trouver des erreurs sur deux images presque identiques.
  7. Associer des couleurs, des formes, des personnages, des vêtements et autres.
  8. Remettre en ordre des images ou des étapes d’une histoire.
  9. Compléter des illustrations comme à côté de cette chaise, de la garderie et comprendre le sens de la demande.
  10.  Enseigner à l’enfant des synonymes faciles (adorable, fréquemment, apparence) pour développer son vocabulaire.

La déduction développe une habilité et une orientation pour comprendre plus tard le sens des lettres et de leur association en mots et en phrases.

Importance du sommeil

Le rôle essentiel du sommeil dans le développement intellectuel de l’enfant est primordial. Le sommeil jour un rôle dans l’apprentissage et la mémorisation de nouvelles données et sur le contrôle des émotions de l’enfant. Un manque de sommeil découle de plusieurs facteurs :

  1. Trop de bruits à la maison.
  2. Les jeux vidéo ou autres technologies pour les touts petits et employés par la famille.
  3. Manger des friandises dans la soirée.
  4. Un horaire trop varié et complété d’un manque de routine.
  5. Un stress provoqué par des conflits familiaux qui suscite la peur.

Concilier le jeu  et la personnalité de l’enfant

La valorisation en éducation demeure une stratégie pour améliorer le tout petit dans son langage et de son apprentissage future de la lecture. La créativité et la logique sont des compétences qui s’apprivoisent au fil des premières années. L’impulsivité et le manque d’organisation sont souvent un signe de difficulté d’intégration au milieu.

La dysphasie est un trouble qui évolue en permettant à l’enfant de faire des progrès de langage et de mieux comprendre ses appréhensions pour les apprivoiser au fil de son éducation.

Pour plus d’informations: http://www.croquemagie.com/

 

Professionnel : 7 conseils pour préserver votre vie privée sur Facebook

Que l’on utilise Facebook à titre personnel ou professionnel, préserver sa vie privée sur les réseaux sociaux est crucial. Afin d’éviter au maximum quelques écarts de conduite, voici quelques astuces et conseils à mettre en pratique.

  1. Bien que l’on soit le chef d’une entreprise de renom ou le PDG d’une grosse boîte, on a parfois droit à de petits moments de folie entre amis de temps en temps : sortie en discothèque, sortie en club de striptease, … Ces moments de gaieté sont parfois si agréables, que plutôt que de les laisser passer comme du vent, on préfère les immortaliser (prise de photos). Pour éviter que vos photos ou vos vidéos privées soient diffusées un peu partout (employés, collègues, partenaires et clients), créez des groupes d’amis en fonction de vos critères (famille, intime, collègue, …) afin d’effectuer des partages ciblés.
  2. Sur Facebook, on perd facilement le contrôle sur ses images. N’importe qui peut tagger ou uploader vos photos, et ce parfois, dans le but de vous saboter ou de vous faire du chantage. Pour barrez la voie à ce genre d’utilisation abusif, vous pouvez à postériori interdire le tag sur une photo de vous et voire même, limiter le nombre de personne susceptible de trouver des images (vidéos et photos) taggées à votre nom. Pour y parvenir, cliquez progressivement sur les onglets : paramètre – confidentialité – profil. Ensuite, sélectionnez « personnaliser » dans la liste ouverte, et précisez que vous êtes l’unique personne autorisée à voir des images taguées à votre nom.
  3. En tant que professionnel, vous devez être conscient que toutes les applications disponibles sur Facebook ne sont pas bien pour votre rang. Voici quelques-unes de ces applications à éviter à tout prix : celle qui permet d’évaluer votre pourcentage de chance de pouvoir coucher avec un de vos amis ou encore celle qui permet d’évaluer vos performances sexuelles, pour ne citer que ceux là.
  4. Personne ne souhaite révéler son numéro de téléphone personnel à tout le monde. Pour éviter que cela vous arrive, cliquez progressivement sur les onglets : paramètre – confidentialité – profil – coordonnées. Procéder à des réglages pour masquer vos différentes adresses.
  5. Pour éviter que certains de vos amis publient des posts embarrassants sur votre mur, servez-vous des onglets paramètre – confidentialité – profil afin de barrer la voie à cette action.
  6. Dans le but de promouvoir la marque d’une entreprise, on peut sans le savoir accepter la demande d’amitié d’une personne à la moralité douteuse. Cela peut en quelque sorte, ternir votre image et celle de votre entreprise. Comme astuce, vous pouvez à partir de vos paramètres de confidentialité, masquer la visibilité de vos contacts.
  7. Un adage dit : « Le linge sale, se lave en famille ». Éviter de ramener sur Facebook vos problèmes de couple ou vos problèmes familiaux. Si vous tenez à garder l’anonymat sur Facebook, vous pouvez à tout moment changer votre nom, grâce au paramètre de confidentialité. Remplacez votre photo de profil par une photo ordinaire ou par le logo de votre entreprise.

Pour en savoir plus sur la création de page Facebook: http://creationdesiteinternetlaval.wordpress.com

Quid des soins dentaires

Une visite chez le dentiste rime pour certains avec extraction dentaire. Cependant, les spécialistes en dentisterie peuvent octroyer bien d’autres soins, qui évitent justement l’extraction.

L’endodontie, c’est quoi au juste ?

L’endodontie ou traitement canalaire est un traitement couramment pratiqué par les dentistes. Il s’agit d’une dévitalisation de la dent. Ce type de soin dentaire est à préconiser quand une infection non soignée arrive dans les canaux. Pour ce faire, le spécialiste nettoie la pulpe et la désinfecte. Pour y arriver, diverses étapes sont nécessaires. Tout d’abord, le chirurgien-dentiste élimine les tissus vivants qui se trouvent encore à proximité de la zone de traitement. Pour cela, il use de limes manuelles et rotatives. Ensuite, il injecte de la chlorhexidine (une eau de javel diluée) et procède à l’obturation du canal à l’aide de languettes de caoutchouc chauffées. Ce traitement se déroule sous anesthésie locale et sa durée dépend du nombre de canaux à dévitaliser. Il faut savoir qu’une incisive en contient un, une prémolaire deux et une molaire, trois.

L’extraction, le soin ultime

Un chirurgien-dentiste consciencieux ne passe à l’extraction dentaire qu’en dernier recours. En effet, ce soin ultime signifie la perte définitive de la dent. Une absence qui ne peut se combler que par la pose d’implants, de bridges ou d’appareils dentaires amovibles. Quand la partie coronaire de la dent à enlever est accessible, on parle d’une extraction simple. En effet, le spécialiste n’a qu’à dégager la dent à l’aide d’un élévateur et d’un syndesmotome pour ensuite le prendre avec un clavier. Dans certains cas, le dentiste doit réaliser une extraction chirurgicale qui nécessite un fraisage du tissu osseux et un coupage de la dent suivie d’une suture. Après l’extraction, la suite du soin est simple. Sauf en cas de complication majeure, le praticien pose un carré hémostatique dans la cavité pour stopper le saignement et prescrit au patient des antidouleurs. Si le malade est cardiaque, une mise sous antibiotique est indispensable avant chaque extraction. Les anesthésies utilisées pour ce soin dentaire spécifique sont les mêmes que pour les autres soins. Il s’agit de l’anesthésie locale qui endort une zone de 1 à 3 dents. L’anesthésie locorégionale qui est active sur une plus large surface de l’arcade maxillaire et enfin, l’anesthésie de contact, un gel qui insensibilise la gencive et la joue avant la piqûre.

Détartrage et soins parodontaux

Le détartrage est le soin dentaire le plus connu. Il vise à éliminer le tartre, cette plaque minéralisée qui se dépose à la surface dentaire, et même sous la dent. Si ces plaques ne sont pas enlevées à temps, elles peuvent provoquer des gingivites, une inflammation de la gencive. Une maladie de la gencive n’est pas à prendre à la légère puisque si elle s’aggrave, la gencive n’arrive plus à assurer son rôle de soutènement, qui engendre par la suite le déchaussement de la dent. Les soins dentaires parodontaux visent avant tout à désinfecter la bouche dans le but d’éliminer les bactéries dentaires qui s’accumulent à l’intérieur de la cavité buccale. Ces soins se déroulent en deux étapes. La première, le curetage, se déroule en cabinet, la seconde, aussi importante que le précédent se fait à domicile. Le patient est tenu de poursuivre les soins désinfectants chez lui à l’aide du bicarbonate de soude et de l’eau oxygénée. Ces types de soins dentaires, encore méconnus, sont pourtant indispensables pour assainir la bouche et surtout, préparer le terrain pour la pose d’appareils dentaires ou encore d’implants. En effet, si les gencives présentent une quelconque infection, il devient impossible de songer à poser des implants dentaires ou d’autres types de prothèses, même amovibles.

Visitez http://www.souriredereve.com/ pour tout savoir sur les implants dentaires.

La plomberie

La plomberie est une spécialité spécifique qui regroupe différentes techniques et appareils, par exemple des robinets, des pompes, différentes formes de tuyaux, des vannes et autres appareils qui servent à faire circuler ou à évacuer les eaux usées.

Historique

L’histoire de la plomberie remonte aux premières villes assiégées qui ont développées des systèmes de survie en utilisant les sources d’eau profonde. Au cours de siècles, des systèmes d’irrigation pour les cultures ont permis de développer une agriculture en zone montagneuse ou désertique avec de grand résultat. Ces systèmes ont permis de nourrir des populations rurales éloignées et démunies géographiquement.

  • On retrouve dans plusieurs pays des vestiges de canalisation que les Égyptiens ont développé pour distribuer l’eau vers des temples.
  • Les pompes à vis d’Archimède dont l’historique remonte à la Grèce, ont toujours une application appropriée pour les pompages de station d’épuration, d’irrigation, de drainage et de circulation de l’eau dans les parcs ou endroits publics.
  • Les Romains ont marqués l’histoire de la plomberie par la construction d’aqueducs qui alimentaient les bains publics. Cette évolution technique a été très salutaire pour l’hygiène des habitants. Par contre l’utilisation du plomb pour les canalisations a suscité des problèmes de santé d’intoxication aux métaux lourds.

Amérique du Nord

Il y a des codes d’installation très rigoureuse pour l’établissement de la plomberie en Amérique. La performance, les matériaux, la compétence en différentes disciplines demande étude et spécialisation. Les techniques en matière de plomberie ne manque pas, par exemple le gaz naturel, les gicleurs, les canalisations de toutes sortes, les appareils domestiques, les piscines et bien d’autres options. Un bon technicien en plomberie doit savoir analyser un plan et connaître les niveaux de difficultés de l’installation à effectuer. Les techniques se sont améliorées au cours des années par différentes expériences et connaissances scientifiques.

Conseils de sécurité

  • Identifier le robinet général de l’alimentation en eau de votre domicile, ainsi que les robinets d’arrêts de chaque appareil.
  • Porter des gants de caoutchouc et des lunettes de protection lorsque vous travaillez sur des siphons obstrués ou sur de la tuyauterie située au plafond.
  • Si votre eau a une odeur, un goût anormal, une couleur inaccoutumée, ou si un membre de votre famille éprouve des malaises chroniques dont la cause pourrait être relié à l’eau, faites analyser votre eau par une firme spécialisée dans le domaine pour connaître le traitement approprié.

Humour

Prenez exemple sur le castor, même au milieu de l’eau, il réussit à construire sa maison sans risque de survoltage électrique ou de fuites indésirables. Des branches, de la boue et des pierres suffisent à bien colmater et à solidifier sa construction. Un bon plombier doit avoir les bons outils et la bonne technique pour arriver à le dépasser dans l’intelligence de son travail en plomberie et de ses objectifs…Pour en trouver un bon, visitez: http://www.plombierslaval.ca/

Avoir son permis de conduire un camion au Canada

Le métier de camionneur est un métier recherché au Canada. Si vous immigrez dans ce pays, apprendre à conduire un camion peut facilement vous ouvrir d’autres horizons. Seul le permis voiture peut s’échanger en France. De même, passer son permis dans ce pays revient souvent moins cher qu’en France ou au Québec par exemple. Toutefois, il faut savoir que même si on est déjà titulaire d’un permis de conduire poids lourd délivré dans son pays, on doit répondre à certains critères et passer une série de tests. On doit également suivre plusieurs étapes essentielles pour obtenir la reconnaissance de routier professionnel. Découvrez toutes les démarches à suivre et toutes les informations nécessaires pour obtenir un permis de conduire pour camion au Canada.

Qui peut passer un permis de conduire camion au Canada ?

Qu’on soit natif, résident ou immigrant au Canada, on est parfaitement libre d’apprendre à conduire un camion. Les expériences sont bien sûr requises. La première d’entre elles étant d’avoir un permis de classe 5 depuis au moins 3 ans et au maximum, 4 points d’inaptitude dedans. Si le permis a été suspendu ou révoqué sur une durée de deux ans, on n’est pas autorisé à le faire. Ensuite, il faut fournir un dossier médical attestant son aptitude. Les auto-écoles ne reçoivent l’apprenti que si son rapport médical est estimé satisfaisant. Et enfin, les examens de la SAAQ sont aussi indispensables.

Les étapes incontournables

En intégrant une école de conduite pour poids lourd, on doit préparer trois types de tests : des tests de la vue, des tests théoriques et des tests pratiques. Ce sont les examens obligatoires exigés par la SAAQ. En général, la partie théorique inclut plusieurs heures d’études en vue de l’examen théorique. À l’issue de quoi, on obtient un permis d’apprenti conducteur. Avec ce statut, on est autorisé à conduire à condition d’être accompagné par un conducteur expérimenté. Durant la pratique, le moniteur enseigne toutes les procédures nécessaires lorsqu’on conduit un poids lourd, de la vérification à la conduite proprement dite du véhicule. On apprend donc en même temps à maîtriser le côté mécanique. Pour cette phase en particulier, on compte des heures et des heures de pratique sur les autoroutes et agglomérations. Toutes ces procédures durent en moyenne 6 mois, dont 3 pour la préparation théorique et les 3 autres pour la partie pratique. À la fin des examens, on se voit attribuer le permis classe 1 du Canada qui autorise la conduite de camion lourd.

Les tarifs changent d’une province à l’autre

L’avantage de passer son permis au Canada réside dans le coût. Les tarifs sont variés selon la province choisie, mais ils sont généralement moins chers qu’en France. Néanmoins, l’échange de permis poids lourd n’est pas possible entre les deux pays. Au final, on obtient son permis classe 1 valable en France et au Canada, mais avec quelques euros en moins. Attention, bien évaluer les tarifs, les assurances et les taxes peut s’avérer très utile, il ne faut pas hésiter à comparer les prix affichés au besoin.

Pour une école de camionnage: http://www.permisclasse1.com/

Résidence pour aînés

Si vieillesse rime avec tristesse, alors empressez-vous de bien déterminer ce que devrait être le meilleur choix pour vous.

Opterez-vous pour un hébergement dans une résidence pour aînés préalablement choisie parmi les nombreuses possibilités du marché, ou au contraire tout ce qui pourra faciliter votre maintien à domicile.

Mais comment trouver son bonheur parmi des centaines et des centaines d’offres recueillies dans les moteurs de recherche ?

Plusieurs critères de choix s’imposent :

  • C’est d’abord un choix de famille.
  • La première visite est importante.
  • Le coût, souvent important, doit se justifier.

Ce qui est à considérer, en ce qui concerne les tarifs, c’est que ceux-ci ne sont pas négligeables pour les personnes âgées et leurs familles.

Il est souvent très difficile de s’y retrouver entre le tarif de l’hébergement, très variable d’un établissement à l’autre, et les autres dépenses inhérentes à la prise en charge médicale du résident.

Dans les tarifs pratiqués par les maisons de retraite, il y a en premierlieu celui de l’hôtellerie auquel vient s’ajouter ceux des soins médicaux et paramédicaux. Si on y ajoute aussi les forfaits soins qui couvrent les troubles physiques et psychiques du résident, la facture prend de plus en plus d’ampleur.

Sans compter une autre dépense incontournable, celle du tarif dépendance, au cas où le résident ait besoin d’assistance pour les gestes courants de la vie quotidienne.

Cette énumération constante de débours additionnés les uns aux autres ne permettent pas, très souvent, de faciliter le choix de la maison de retraite adaptée à ses moyens financiers.

Faut-il donc considérer qu’il y ait une discrimination entre riches et pauvres? Entre nantis et dépourvus?Sûrement ou peut-être, sans aucun doute !

Chacun de nous, futur résident et famille, sommes seuls à savoir qu’elle sera notre choix, celui d’une admission en résidence pour aînés ou alors un maintien à domicile. Faut-il encore savoir déterminer exactement le moment où une telle décision doit être prise ?

On considère généralement qu’une personne est vraiment âgée que lorsqu’elle perd son autonomie, la crainte le plus fréquemment exprimée. Celle-ci est d’autant plus importante, que dans une très grande majorité des cas, la personne se trouve déjà dans une situation d’isolement familial.

On parle souvent des « jeunes vieux » et des « vieux vieux » correspondant à la période de la vie où le corps commence réellement à imposer ses limites. Il faut noter, et cela est important, que les personnes âgées ne se sentent généralement pas vieilles. Ce sera plus souvent le regard des autres qui les renverront le plus souvent à découvrir leurs âges.

Un proverbe prétend que « la vieillesse, c’est l’hiver pour les ignorants et le temps des moissons pour le sage ». Il est possible de se préparer une vieillesse heureuse, sans oublier de savoir que nous ne sommes pas tous égaux sur le plan génétique. Sans oublier que la vie peut nous réserver de bonnes et mauvaises surprises.

Un maintien du lien social permet de “tenir le coup” et ainsi de fournir des stimulations bénéfiques sur le plan des fonctions intellectuelles.

Or une vie longue ne peut avoir de sens que si elle s’accompagne d’une qualité de vie acceptable. Cette qualité de vie, pour ceux dont le choix s’est dirigé vers un maintien à domicile, nécessitera l’amélioration de la sécurité des personnes âgées.

La domotique qui a tardé à se démocratiser tant les conditions techniques et le coût de de ces dispositifs restaient prohibitifs, s’est de plus en plus généralisée.

Des modules simples à mettre en place dans les foyers des personnes âgées se sont accélérés, facilitant ainsi le maintien à domicile. Les années précédentes, les systèmes de téléassistance avaient déjà permis de franchir une première étape.

De nos jours, il est possible au télé-assistant de surveiller à distance si la température du logement est la bonne, aussi bien en hiver qu’en été, pouvant piloter lui-même celle-ci à distance. La totalité des installations peuvent être contrôlées, tels les volets baissés ou ouverts, l’ouverture ou la fermeture d’une porte, l’activité au sein du domicile, l’écoute de bruits inhabituels. Et grâce à un balisage lumineux, permettre au résident de se déplacer en sécurité, sans risque de chutes.

Les dernières inventions en date, sont celles du “sol intelligent” qui permet d’optimiser la sécurité des personnes âgées et par la même occasion améliorer l’information de leurs proches. Toutes ces technologies ne doivent, en aucun cas occulter l’animation corporelle. Un véritable programme de gymnastique douce à pratiquer de manière ludique avec le support d’un petit matériel favorisant le plaisir et les succès des exercices. (Balles, ballons, cerceaux, bâtons, élastiques).

Un programme plus spécialement destiné à l’assouplissement des doigts, poignets, bras, épaules, jambes, cuisses, genoux, chevilles. Tout étant supposé obtenir un minimum de confort pour la personne âgée.

Mais qu’elle que soit la formule que chacun d’entre nous sera appelé à prendre, on ne peut pas oublier que l’argent constituera une des conditions du sentiment de liberté. Dans l’inverse, une situation précaire générera un sentiment d’insécurité. De là, on ne peut que constater que si l’argent ne fait pas le bonheur, il y contribue dans une large mesure.

Pour en savoir plus sur les résidences pour aînés:

 

Comment gagner à la roulette en ligne?

Définition du jeu de roulette par WIKIPEDIA

La roulette est un jeu de hasard dans lequel chaque joueur, assis autour d’une table de jeu, mise sur un ou plusieurs numéros, une couleur, la hauteur ou la parité du numéro qu’il espère être tiré. Le tirage du numéro s’effectue à l’aide d’une bille jetée dans un récipient circulaire tournant et muni d’encoches ayant des numéros de différentes couleurs. Ce jeu est surtout joué dans les casinos

Tout d’abord, peut-on gagner à la roulette ? Oui pourquoi pas ?

Oui on peut gagner à la roulette !

Mais pour gagner, il faut tout d’abord apprendre à jouer ! et, autant que faire se peut, connaitre les règles et stratégies à appliquer et les erreurs à éviter. De nombreux scientifiques ont essayé de prédire les chiffres qui avaient le plus de chances de sortir…et certains ont réussi !

Autrefois, il était impératif de se rendre dans un casino. Aujourd’hui grâce à Internet , il suffit d’une simple connexion sur un site de casino en ligne, de télécharger un logiciel spécifique et le tour est joué. La roulette est proposée par un grand nombre de casinos en ligne.

Alors au choix…Internet ou le casino de son secteur ? Et contrairement à une idée reçue, ces établissements ne sont pas exclusivement réservés à des personnes fortunées !

Donc comment gagner à la roulette en ligne?

Voilà la grande question !

Beaucoup de méthodes sont proposées, de la plus simple à la plus élaborée ! Toutes ont plus ou moins fait leurs preuves et il est très difficile de recommander l’une ou l’autre stratégies, astuces, bons plans, chaque joueur à les siens.

La roulette est avant tout un jeu de hasard, donc un jeu où intervient la chance ! sans moyen de garantir la série gagnante à coup sûr.

Néanmoins, quelques réflexions de stratégie pourront grandement améliorer les chances de succès du joueur. Il suffit d’appliquer correctement la technique de façon constante.

Quelques conseils :

Conseil n°1 : Eviter le 00

En ce qui concerne la roue, deux types sont utilisés et les chances de gagner dépendent de la roue avec laquelle on a choisi de jouer.

La roue américaine comporte deux zéros (00) et une bonne stratégie serait d’éviter tous les casinos qui emploient une roulette de type américain.

La roue européenne, ne possède qu’un seul zéro (0), cela baisse l’avantage du casino et laisse plus de chances de gagner. Il est donc préférable de jouer avec une roue européenne.

Conseil n°2 : Eviter la mise du haut

Sur les tables de roulette américaine, les joueurs ont la possibilité de choisir la “mise du haut” qui recouvre le 0, 00, 1 et 3. Le fait de couvrir un nombre impair de numéros fausse les chances du joueur.

Conseil n° 3 : Eviter les systèmes

Les systèmes de mise de type Martingale ou Paroli, où l’on doit obligatoirement doubler sa mise à chaque fois que l’on perd. Ces systèmes ont peu de chance de marcher. Ils risquent au contraire d’en décourager plus d’un !

Conseil n° 4 : Faire preuve de patience

En repérant sur les quarante derniers tours, les numéros qui sortent plusieurs fois et ensuite en misant sur eux.

Conseil n° 4 : Miser petit pour commencer

Il est bien évident que l’on ne gagnera pas tout le temps, mais le but est de gagner, ne serait-ce qu’une ou deux fois de plus que les pertes constatées, pour réaliser un bénéfice non négligeable ! Cependant, par mesure de prudence, on ne peut pas effectuer de gros paris.

Il est donc conseillé de toujours commencer petit pour ne pas risquer d’atteindre la limite autorisée à la table où l’on se trouve, ni d’atteindre la limite de son propre capital prévu. Il existe des méthodes de professionnels qui vous montrent comment ne pas perdre gros comme le site http://www.gagneralaroulette.net/

Faites vos jeux !

Travail à domicile

travail à domicile

Mais qui peut encore s’interroger sur l’utilité, l’indispensabilité du travail à domicile ?? Alors que le rationalisme et l’efficacité ont une forte tendance à gouverner la plupart des systèmes humains, l’organisation du travail semble avoir encore des difficultés à comprendre ces concepts.

L’organisation du travail à domicile peut se révéler tout à fait avantageux pour toutes les parties impliquées dans une relation de travail : l’employeur et l’employé. Mais il faut prendre garde aux offres de travail à domicile trop alléchantes.

Travail à domicile, les critères favorables à l’employeur

L’employeur a tout à gagner d’une relation de travail à domicile. C’est même, dans le cadre de la relation employé-employeur celui qui a le plus gagner. Tout d’abord, l’employeur ayant recours à une main d’œuvre qui ne quitte pas son domicile peut tirer profit d’un très grand nombre d’avantages, avant même d’envisager la relation contractuelle et salariale avec lui. D’une part, et cela semble évident, l’employeur utilisant une main d’œuvre travaillant depuis leur domicile n’a pas à les héberger. Cela implique plusieurs très gros avantages. Le premier est l’économie du temps que représente la démarche de trouver un espace pour l’hébergement dudit salarié. Avez-vous tant que ça envie de passer vos journées avec un agent immobilier à la recherche d’un local ? N’avez-vous pas autre chose de plus important à faire? D’autre part le prix de la location !!! Alors que les tarifs de locaux commerciaux ou de bureau, que ce soit à la vente comme à la location, flambent littéralement, le fait de ne pas avoir à héberger quiconque est une économie considérable. En effet, les prix de l’immobilier au pied carré sont véritablement affolants. Imaginez que pour pouvoir employer un salarié, il faut compter un minimum de 100pi2 par salarié, hormis les espaces de repos, et d’aisance.

Avant même de payer un salaire il vous faut débourser près de $200 par mois pour le loyer du bureau qui servira à héberger votre employé. D’autant plus que les 100pi2 en question sont un minimum réglementaire et que vous si désirez offrir à votre salarié un espace de travail confortable il faudra augmenter le métrage et donc l’addition.

Considérez alors, qu’une fois la recherche du local terminé et le bail signé, commence alors les vrais petits plaisir du quotidien d’un employeur de main d’œuvre ayant fait le choix d’héberger lui-même son employé plutôt que d’avoir recours à du travail à domicile.

Voici la cerise sur le gâteau. Vous lâchez au moins 200$ par mois sur le loyer, maintenant il va falloir laisser le portefeuille ouvert à la discrétion :

  • Du service des eaux qui viendra installer le compteur sur ce lieu de travail (il faut bien alimenter en eau les lieux d’aisance).
  • Du service d’électricité local (les règles de sécurité vous empêchent désormais de fournir un éclairage au pétrole sauf dans de rare occasion et certainement pas pour un éclairage permanent).
  • Du service d’hygiène et sécurité qui viendra vérifier que vos locaux offre une assez grand sécurité à vos employés et qu’ils sont dotés du nombre d’extincteurs suffisants.
  • Du service fiscal de la ville qui perçoit une taxe sur votre occupation de ces locaux commerciaux.
  • Du service de nettoyage, car à moins que vous ne décidiez de nettoyer vous-même ces locaux, il faudra bien que quelqu’un le fasse si vous ne voulez pas que le service d’hygiène et sécurité (celui qui est cité juste au-dessus) ne revienne vous en donner l’ordre.
  • De la compagnie d’assurance, car vous ne voulez pas connaître l’enfer de recourir à une main d’œuvre qui travail sans assurance, dans des locaux non assurés.

Si vous vous posez encore des questions sur l’opportunité du recours à du travail à domicile. Cliquez ici pour en savoir plus sur le travail à domicile: http://www.travailadomicilepayant.com/